Court-métrage sur les jeunesses Hitlériennes.

Education for Death : a été réalisé par Clyde Geronimi et est sorti sur les écrans le 15 janvier 1943. Ce film s’est inspiré du livre Education for Death : the Making of the Nazi, écrit par Gregor Ziemer. Ce livre dénonce de manière très virulente l’embrigadement des enfants et de la jeunesse Allemande, dans l’idéologie nazi. Le court-métrage des Studios Walt Disney, dénonce également très fortement les jeunesses Hitlériennes et l’embrigadement de la jeunesse depuis l’enfance jusqu’à la mort.

Les jeunesses Hitlériennes où HitlerJugend ont été crée en 1922 mais ont connu un réel succès qu’à partir de 1931 et 1933 avec l’arrivée de Hitler au pouvoir. En 1932, la HitlerJugend comptait près de 100 000 membres, puis en 1934, ils étaient 3,5 millions. En 1939,  elle comptait près de 8,7 millions de jeunes dans ces rangs. La jeunesses Hitlérienne regroupait près de 95% de la jeunesse avant même d’avoir été rendue vraiment obligatoire. L’Etat Nazi a organisé rigoureusement l’endoctrinement de la jeunesse Allemande. Dès l’élection de Hitler au pouvoir en 1933 en tant que chancelier, le régime nazi réforme entièrement l’enseignement. Il endoctrine les jeunes avec leur idéologie, à travers de nouveaux manuels scolaires mais aussi grâce à l’encadrement des professeurs.

Les nazis voulaient s’occuper eux même de l’éducation des enfants et ils soustrayaient volontairement l’enfant à l’autorité parentale. Ils prennent d’ailleurs en charge les enfants dès l’âge de huit ans. Hitler et les nazis voient en la jeunesse de son pays l’avenir, l’avenir de la race arienne et le futur de la nation. Des millions de jeunes sont enrôler de forces dans les rangs de la HitlerJugend. A partir de 1936, l’adhésion de la jeunesse à la HitlerJugend fut rendu obligatoire. On voulait que les enfants soit éduqués physiquement, spirituellement, psychologiquement et socialement. On leur faisait des lavages de cerveaux et on leur apprenait à ne plus penser par eux même. On veut qu’ils dédient leur vie et leur âme au Führer, à la nation Allemande et au peuple.

Education for Death s’ouvre sur les paroles d’un narrateur, qui veut nous présenter le processus et l’évolution d’un nazi, de l’enfance jusqu’à sa mort. Tout d’abord, le processus commence dès la naissance des enfants Allemands. Les bureaux de recensements nazis contrôlent les naissances. Les parents sont obligés de justifier la race de leurs ancêtres, de leurs propre parents et donc celle de l’enfant. Ils présentent tout les livrets de familles. Les parents doivent ensuite choisir un prénom pour l’enfant, mais tous les prénoms assimilés à la religion ou au peuple juif sont interdits. Les parents choisissent le prénom de Hans et se voient accorder par l’officier d’Etat Civil un certificat de naissance. Ce certificat peut accueillir près de 12 prénoms différents, à attribuer à l’enfant. Le narrateur précise que l’Allemagne à besoin de soldat. L’officier leurs offre en cadeau avec le certificat un exemplaire de Mein Kampf. 

La séquence suivante nous invite à découvrir l’histoire du petit Hans. Mais avant cela, le court métrage nous invite à découvrir une version un peu différente de La Belle au Bois dormant. La princesse est endormit et est menacée par une méchante sorcière s’appelant : « Démocratie » Mais le prince vient à son secours et chasse la Démocratie puis finit par embrasser sa princesse endormie. Au moment du baiser, la lumière s’allume et le spectateur découvre le prince charmant et sa princesse. Le prince n’est autre que Hitler et sa dulcinée est une personnification de L’Allemagne, car elle se nomme Germanica. La princesse est obèse et boit de la bière.  La séquence se termine sur Hitler tentant d’emporter Germanica sur son cheval.

La séquence suivante, se focalise de nouveau sur l’histoire du petit Hans. On retrouve la mère de Hans au chevet de son fils malade. Elle est terrorisée car si son fils ne guérit pas, il ne pourra plus devenir un soldat nazi et il sera emmené par les soldats et elle n’entendra plus jamais parler de lui. Mais par chance, il se rétablit et retourne à l’école, des Jeunesses Hitlériennes. Hans et ses camarades suivent un cours de SVT, en compagnie d’un professeur nazi. Le professeur leur dessine au tableau, un lapin et un renard. Le lapin se fait dévorer par le renard puis le professeur demande :  » Qu’en pensez vous ?  » Le petit Hans est le premier à réagir, stupéfait, il s’écrit : « Pauvre Lapin ». Le professeur rouge de colère, le  punit et lui met un bonnet d’âne.  Les autres élèves s’empressent de donner la réponse à sa question et disent :  » Le monde appartient aux forts et aux braves…  » « Le lapin est peureux et mérite de mourir »  Après deux protestations du petit Hans, Hans résigné,  finit par adopter la même position que ses camarades.

Puis on nous montre l’embrigadement du petit Hans dans les jeunesses Hitlériennes. Il marche désormais au pas, fait le salut nazi et n’est plus maître de ses propres faits et gestes, ou pensées. Les enfants sont désormais éduqués physiquement, spirituellement, psychologiquement et socialement. Le petit Hans grandit et devient adulte et est toujours aux ordres des nazis.

Le film se termine sur Hans et les autres soldats marchant au pas puis ils se transforment tous en milliers de croix gammées, et se transforment ensuite  en croix sur des tombes dans un cimetière. Le narrateur termine le film en disant : « et maintenant son éducation est complète… il est éduqué pour mourir. » 

Le court-métrage  revêt un aspect dramatique et peu paraître triste pour les spectateur. Les parents, le petit Hans et les autres jeunes sembles impuissants face à l’administration Allemande et face à cette politique éducative qui s’est mise en place dans le pays. Les personnages parlent en Allemand mais le narrateur en voix-off est la pour appuyer les images. Les symboles du régime nazi sont présent dans ce court-métrage, comme dans Der Fuehrer’s Face. On retrouve des croix gammées, le livre Mein Kampf à plusieurs reprises. A ce propos, une scène dans ce court-métrage fait référence aux autodafés ordonné par Hitler durant la Seconde Guerre mondiale. On retrouve une image où des livres de Einstein, Voltaire ou encore des partitions de grands compositeurs sont brûlés. La Bible est remplacée par le livre Mein Kampf et la croix est elle remplacée par une épée assortie d’une croix gammée.

Education for Death prend appuis sur des faits historiques réelles. Mein Kampf en 1933 devait devenir d’après certains nazis la bible du peuple allemand. Toutes les informations présentes dans le film, ont été prises par les Studios Disney dans le livre de Gregor Ziemer.

Reason and Emotion : est sorti le 27 août et a été réalisé par Bill Roberts. Ce court-métrage a d’ailleurs été nominé aux Oscars. Ce film montre a quel point la raison peut être importante pour une personne. Mais chez les Allemands, Hitler a tellement endoctriné sa population, qu’il n’a fait que nourrir leurs émotions de haine, de peur et de vengeance. Leurs raisons se trouvent être impuissantes face à cela. Ainsi,  pour en revenir à la HitlerJugend, la jeunesse hitlérienne, les enfants sont dès leur plus jeune âge endoctrinés. Ils sont tiraillé entre leurs émotions et leurs raisons. Mais plus ils grandissent, plus leurs raisons s’effacent au profit de leurs émotions. Ce court-métrage dépeint le conflit psychologique d’un homme qui est tiraillé entre sa raison et son émotion. Mais avant cela, le court-métrage s’ouvre sur un petit bébé. Le narrateur nous explique que la raison de cet enfant n’est pas encore née et son émotion règne en maître.  Elle le pousse d’ailleurs à faire de nombreuses bêtises. Puis la raison naît et arrive pour contrôler l’émotion.

Arrivée à l’âge adulte, la raison a prit le dessus sur l’émotion et c’est elle qui contrôle les faits et gestes du psychique de l’individu. Puis, l’émotion aperçoit une jolie femme en pleine rue et souhaite l’aborder. Il met donc hors d’état de nuire la raison et prend les commandes. Il va aborder la jeune femme mais lui manque de respect et se fait gifler. Le narrateur nous dit « que ça lui apprendra à ne pas écouter sa raison« . Puis la séquence suivante, s’immisce dans la tête de la jeune femme. Son émotion trouvait le jeune homme plutôt séduisant et regrette de l’avoir giflé. Puis son émotion, désir manger et elle prend les commandes.  Elle finit par faire grossir la jeune femme. Puis, on nous montre ensuite le cas de John Doake. On retrouve dans sa tête, la raison personnifiée par une caricature de l’artiste des studios Walt Disney Martin Provenson [ celui qui en parti dessiné Dumbo ou encoreFantasia]. Pour l’émotion, nous retrouvons une personnification de l’homme des cavernes. Cette personnification est enfaîte une caricature d’un animateur des Studios Disney : Ward Kinball.

Le narrateur met en relief, dans cette séquence le besoin d’équilibre entre la raison et l’émotion pour résister à la propagande et à des informations fausses.  Sa raison était à deux doigts de se bagarrer avec son émotion, mais le narrateur tente de leur montrer le cas de la raison et de l’émotion d’un allemand face aux paroles d’Hilter. L’extrait reprend ici des photographies de Hitler prisent par le photographe Heinrich Hoffman en 1925.

Ces photographies reprennent différentes émotions feintes par le Führer : la haine, la compassion ou encore la fierté. Hitler est dépeint comme un monstre dans ce court-métrage : il possède des dents pointues, des yeux vitreux et un teint verdâtre. Hitler réussit à contrôler l’émotion de ses nazis par la peur, la haine ou la sympathie. L’émotion dans la tête de ces concitoyens à prit les commandes. L’émotion défend le Führer de manière très comique en disant : « le monde entier est contre notre pacifique Führer. » Puis la raison et l’émotion est obligées de saluer Hitler. L’émotion prend en otage la raison dans un camp de concentration.

Puis nous revenons à la raison et l’émotion de John Doakes, qui se sont finalement entendu pour le salue des Etats-Unis et la victoire des Alliés. Ce court-métrage montre à quel point Hitler et les nazis contrôlent leurs populations. Les Américains quant à eux envoient un message clair à travers ce film : Il ne faut pas se laisser prendre aux jeux de la propagande. Au contraire, il faut croire en la liberté de chaque individu. Il faut lutter contre toutes formes de fascismes et lutter contre Hitler. Cela peut paraître antithétique, vu que les Studios Disney et les Etats-Unis mettent en place eux aussi une propagande.

___________________________________________________

Sources de l’article :

Roffat Sébastien,  Animation et propagande : Les dessins animés pendant la Seconde Guerre mondiale, l’harmattan, 2005 [1]

Roffat Sébastien, Propagandes animées : le dessin animé politique entre 1933 et 1945, Bazaar&co, 2010[2]

Henri R. Luce, “Hitler’s Children » in Life magazine, 1er février 1943 [en ligne] URL : Google Book, consulté le 9 avril 2013[3]

DisneyShorts, article sur Education for Death in DisneyShorts [en ligne] URL : DisneyShorts, consulté le 9 avril 2013[4]

DisneyShorts, article sur Reason and emotion in DisneyShorts [en ligne] URL : DisneyShorts, consulté le 9 avril 2013[5]

Trésors Disney, article sur Education for Death [ en ligne] URL : Trésors Disney, consulté le 10 avril 2013[6]

Nathalie de Voghelaer, Le cinéma allemand sous Hitler: Un âge d’or ruiné, L’Harmattan –  » Les jeunesses Hitlériennes » , 2001 [en ligne] URL : Google book, consulté le 9 avril 2013[7]

Adelin Guyot,Patrick Restellini, L’Art nazi: un art de propagande, Editions Complexe, 1996 [en ligne] URL : Google Book, consulté le 9 avril 2013[8]

Henri R. Luce, « Disney Goes to war » – ( reason and emotion)  in Life Magazine, 31 août 1942. [en ligne] URL : Google Book, consulté le 15 février 2013.[9]

Crédit Image/ Vidéo :

Photographies des Jeunesses Hitlériennes entre 1930 et 1944 (via Commons) : 

Photographies de Hitler : 

Crédit Image/ Vidéo :

Vidéo :Education for death, posté sur youtube par TrésorsDisney

Vidéo : Reason and emotion,  posté sur youtube par TrésorsDisney

Captures d’images, provenant des courts-métrages.

TOUS DROITS RÉSERVÉS ©THE WALT DISNEY COMPANY

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s